< retour à la liste
Actualités

« BACCHUS AMAT COLLES » …

« BACCHUS AMAT COLLES »

Alain Carbonneau

Bacchus amat colles, Bacchus aime les collines : cette citation des Géorgiques de Virgile souligne la position privilégiée des vignes sur les coteaux, à l’époque antique afin de libérer les terres plus fertiles aux cultures vivrières. Ainsi la vigne, depuis l’origine de l’agriculture, a plutôt été cultivée dans des terres marginales et a cohabité avec les arbres forestiers, chez lesquels elle avait d’ailleurs écrit son histoire évolutive, qu’avec les grandes cultures, l’horticulture ou même l’arboriculture fruitière, oliviers exclus.

La viticulture a façonné les paysages de la nature et la culture de l’homme. Certains modèles ont été reconnus comme ‘Patrimoine mondial de l’humanité’ par l’UNESCO. L’aspect paysager y a été pour beaucoup, et dans tous les cas la topographie est fortement présente ; mais la dimension culturelle avec la notoriété des vins l’est au moins tout autant ; le point capital a sans doute été la pertinence et la cohésion de la demande collective, ce qui nous permet d’engager une réflexion sur d’autres reconnaissances, après avoir illustré par quelques photographies de paysages typiques et pittoresques (crédit Alain  Carbonneau) les exemples de réussite recensés à ce jour :

  • Le dossier de la ‘Juridiction de Saint Émilion’ a été classé en décembre 1999 (figure 1), où le cœur topographiquement dominant du vignoble autour de la ville et de ses sites immuables a été mis en exergue.
  • Celui de la ‘Région viticole du Haut Douro’ en décembre 2001 (figure 2), au sein de laquelle le fleuve a creusé des pentes escarpées aménagées en terrasses particulièrement pittoresques.
  • Celui du ‘Paysage viticole de l’île du Pico’ aux Açores en 2004 (figure 3), où les vignes garnissent les pentes du volcan.
  • Celui de ‘Lavaux, vignobles en terrasses’ en juin 2007 (figure 4), où la construction humaine est remarquable pour révéler le site des ‘trois soleils’ (le soleil direct, la réflexion sur le lac Léman, la réflexion du sol).
  • Celui des ‘Climats des vignobles de Bourgogne’ en juillet 2015 (figure 5), associé à celui des ‘Coteaux, Maisons et Caves de Champagne’, qui révèle les positions optimales de ‘cœur de pente’ pour les meilleurs crus.

Figure 1. Terrasses du château Ausone dominant les coteaux et la plaine à Saint Émilion.

.

Figure 2. Vignobles en terrasses de la Quinta Croft en Haut Douro pour la production de vin de Porto.