< retour à la liste
Chroniques

Chronique 2018.03

 

Le potentiel polyphénolique et les expressions du Tannat
♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Alain CARBONNEAU

 

Il est intéressant d’analyser des vins de Tannat d’origine différente car ce cépage est un modèle intéressant du fait d’un potentiel polyphénolique particulièrement élevé (parfois le double de celui du Cabernet-Sauvignon), et de sa typicité très affirmée autour d’une forte tannicité et d’une gamme aromatique associant des notes végétales à celles de fruits sauvages. Ainsi il peut apparaître des pistes d’explication du niveau de tannin et de caractère végétal/fruit sauvage. Le choix des vins analysés par un collège d’habitués parmi mes relations a été guidé par le souci de la variabilité climatique et pédologique :
 

  • deux vins de cru de l’appellation Madiran, le château Bouscassé sur terrain argilocalcaire âgé de 11 ans, le château Montus (figure 1) sur terrain graveleux âgé de 16 ans,
     
  • un vin générique de cette appellation produit par le groupe Montus âgé de 4 ans,
     
  • un Tannat référence de Pisano d’Uruguay âgé de 6 ans,
     
  • un assemblage Cabernet franc – Tannat (dominant) d’Assignan en Minervois âgé de 12 ans.



Le vin générique de l’AOP Madiran présente sans surprise un nez végétal associé à une note d’humus ; l’arôme de bouche est davantage marqué par le fruité, de type cerise ; la tannicité est présente avec l’acidité ; l’astringence est assez marquée (moins cependant que la plupart des Madiran, sans doute en raison de la pratique d’une micro-oxygénation).


Le Tannat d’Uruguay présente un arôme à peine végétal, avec des notes de petit fruit rouge ; son équilibre est nettement plus harmonieux avec une faible astringence.


Le Tannat – Cabernet franc du Minervois offre une palette aromatique assez complexe où l’on retrouve des notes végétales mais dominées par le fruité et l’épicé ; cette ampleur se retrouve en bouche avec une belle longueur ; l’équilibre général est bon avec une structure tannique encore marquée mais une astringence à peine perceptible.


Le Bouscassé est caractérisé par un arôme complexe où se mêlent des notes végétales fines, de petit fruit sauvage, de réglisse ; l’équilibre général est bon ; cependant l’arôme de bouche est peu intense et la finale un peu courte.


Le Montus présente une remarquable complexité avec des notes végétales fines, de petits fruits sauvages, d’épices et de chocolat ; il est très structuré mais équilibré, avec une longueur particulièrement notable.

 

      

Figure 1. Vieilles souches de Tannat sur le coteau du château Montus cru de l’ AOP Madiran.

 


Il ressort de cette dégustation que l’équilibre général du vin où tannicité n’est pas associée à astringence, est préféré. Ceci correspond aux vins issus de régions climatiques favorables à la maturation ou alors à un long vieillissement. Le profil aromatique suit cette tendance avec une atténuation des notes végétales et un gain de complexité. Le Tannat semble donc développer son potentiel sous des climats plus favorables à la maturité que celui du piémont pyrénéen, mais dans ce dernier cas l’intérêt de sols pierreux et drainants apporte une solution qui peut s’optimiser encore notablement par le vieillissement.

 

 

Le choix du Tannat est justifié par un potentiel polyphénolique particulièrement élevé, et  ses conditions de culture garantissent donc une politique de cru à Madiran, ainsi qu’un développement sous climat de type méditerranéen à subtropical.